Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #societe-education

http://www.cyberbougnat.net/IMG/arton6268.jpg?1329984767

La Cour Administrative d’Appel de Lyon vient d’annuler la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet d’incinérateur car le Préfet Stéfanini n’avait pas le droit,en 2009, de proroger (renouveler) cette DUP qui était devenue caduque.

Mais le Préfet voulait absolument que les travaux commencent. Ce n’était pas la première fois qu’il se mettait hors la loi puisqu’en 2004 il avait été condamné à 10 mois de prison avec sursis dans l’affaire des emplois (UMP) fictifs de Paris.

Le tribunal administratif de Clermont, aux ordres et pour gagner du temps,a refusé le recours déposé par Clermont-Communauté, lui aussi savait qu’il n’en avait pas le droit.

Le tribunal de Lyon a constaté que le projet du Valtom avait considérablement évolué par rapport à ce qui avait été présenté au public lors de l’enquête. Le coût de l’incinérateur est passé de 82 millions à 128,43 millions d’euros, aujourd’hui beaucoup plus et des équipements supplémentaires ont été ajoutés. Il affirme que tout cela « faisait obstacle à ce que le Préfet proroge l’opération et qu’il devait engager une nouvelle procédure de déclaration d’utilité publique » (il fallait tout recommencer du début).

La preuve est faite que le coût annoncé en 2003 pour faire passer la pilule était un mensonge de la majorité des conseillers municipaux membres du VALTOM et de Suez environnement ou plutôt Suez Empoisonnement.

Il en résulte qu’une nouvelle procédure de DUP avec enquête publique doit être réalisée, ce qui permettra une nouvelle fois à la population de démontrer son hostilité à l’incinération des déchets ménagers. Mais cela risque d’être d’autant plus long que la décision de Lyon n’arrête pas le chantier et que le Valtom tente de passer en force en pariant que l’incinérateur, une fois construit, ne sera pas démoli (cela s’est déjà produit à Fos-surmer et Lunel).

Nous sommes en légitime défense pour notre santé, notre environnement et nos impôts. Faisons tout pour faire respecter la loi en arrêtant les travaux.

Rassemblement devant le Tribunal Administratif de Clermont-Fd pour déposer notre recours en référé suspensif jeudi 22 mars à 11 h 00 pour faire arrêter le chantier.

Rassemblement sur le site dimanche 1er avril à 14 h 00 afin de prendre possession des terrains publics illégalement expropriés.

Grande réunion d’information et de protestation Maison des sports de Clermont-

Ferrand mercredi 4 avril à 20 h 30

 

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

http://www.uneecole-votreavenir.org/images/logo_moyen.jpgSystème éducatif : pour un collectif budgétaire pour la rentrée 2012, pour une loi d’orientation et de programmation


 La déclinaison des suppressions massives de postes dans les écoles, collèges et lycées -notamment professionnels- pour la rentrée 2012 est maintenant connue : partout elle se traduit par de nouvelles dégradations des conditions d’apprentissage des élèves et de travail pour les enseignants. Partout les dispositifs mis en oeuvre pour faire réussir les élèves sont mis à mal. Partout ce sont les élèves les plus défavorisés qui en paieront le prix fort, alors que jamais les inégalités n’ont été aussi élevées.


Ces suppressions interviennent de plus dans un contexte où c’est l’ensemble de la politique éducative (contenus d’enseignement, évaluations, organisation du système, formation des enseignants…) qui aggrave la situation de l’Ecole.


Mais cette politique se heurte à une montée importante des mobilisations et le début de 2012 est marqué par des initiatives revendicatives multiples rassemblant très souvent personnels, parents et lycéens (occupations, rassemblements, nuits des écoles, opérations  »coeurs rouges » et autres « coups de froid sur l’éducation « , délégations, conférences de presse, grèves, manifestations, vote contre les DHG dans les conseils d’administration des collèges et lycées, refus collectif des heures supplémentaires, organisation de contre-CDEN ou de comités de Salut public…). Elles traduisent le refus de toute la communauté éducative d’une politique de régression pour les élèves et pour le système éducatif et l’exigence de remise en cause dedifférentes réformes mises en place pendant le quinquennat qui s’achève.


Les organisations réunies dans « le collectif l’éducation est notre avenir » appellent à poursuivre et amplifier les mobilisations notamment contre les suppressions de postes en 1er et second degré, les gels de postes dans les universités, la destruction des RASED et de dispositifs pédagogiques alternatifs, l’imposition d’heures supplémentaires aux enseignants, la dégradation des conditions de travail, cela en s’efforçant de construire des centralisations départementales sous des formes à décider localement. Il est indispensable d’interpeller lesdirecteurs académiques des services de l’Éducation nationale, les Recteurs, le Ministre et les élus, notamment députés et sénateurs ainsi que les candidates et candidats qui briguent les suffrages des citoyens-es.


Il s’agit de peser pour :
• le rejet des suppressions de postes,

• un collectif budgétaire permettant des mesures d’urgence dès la rentrée 2012,
• une loi d’orientation et de programmation pour une politique scolaire et universitaire radicalement nouvelle,
• l’ouverture d’un véritable dialogue social.

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

moton6Manifestation Samedi 31 mars à 15H
Place Delille à Clermont-Ferrand

Journée nationale d'actions à l'appel de RESF

 

Le quinquennat qui se termine aura constitué une aggravation de la stigmatisation des étrangers vivant en France et particulièrement des demandeurs d'asile et Sans-Papiers. Avec 33 000 expulsions pour l'année 2011, ce gouvernement et Claude Guéant le Ministre de l'Intérieur détiennent un bien triste record.

    Durant ces cinq années, les droits des étrangers en France et en Europe n'auront cessé de se réduire. Le Droit d'Asile devient une exception et l'expulsion la règle : 90 expulsions par jour pour des gens qui ne sont pas dangereux mais sans cesse en danger.

    Cette politique qui prétend donner l'exemple à l'Europe forteresse est contraire aux engagements internationaux de la France. Elle est contraire aux Droits de l'Homme, elle n'hésite plus à renvoyer des hommes, des femmes et des enfants y compris vers des pays en guerre.

    Cette politique industrielle de l'expulsion s'appuie sur les contrôles au faciès et sur les petits aménagements des préfectures avec la procédure. Même les Juges des Libertés et de la Détention ne peuvent plus garantir le respect des droits. Cela ne suffit pas, le candidat Sarkozy propose de les supprimer... par référendum.

    A Clermont-Ferrand, la solidarité militante empêche des sans-papiers et demandeurs d'asile de se retrouver à la rue quand l’État ne remplit même plus ses maigres devoirs à leur égard. Cette même solidarité leur permet de se rendre à Paris à l'OFPRA ou à la CNDA*. La solidarité est là encore quand le gouvernement décide de rendre payante (30€ le droit d'accès) l'Aide Médicale d’État sans se soucier des conséquences sanitaires. Ce sont aussi les collectivités locales qui manifestent leur engagement quand la Préfecture décide arbitrairement de jeter des gens à la rue.

    Il faut changer de politique et nous voulons la régularisation immédiate de toutes celles et ceux que nous aidons actuellement. Toutes et tous ils doivent rester ici, avec nous. C'est là qu'ils ont choisi de vivre  c'est là que leurs enfants vont à l'école, au collège, au lycée. C'est là que d'autres ont choisi d'effectuer leurs études supérieures. C'est là que d'autres ont choisi de se reconstruire une existence sereine.

Changer de politique c'est arrêter les expulsions
Changer de politique c'est fermer les Centres de Rétention Administrative
Changer de politique c'est régulariser tous les sans-papiers.

 

* Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), Commission Nationale du Droit d'Asile (CNDA)

 

Premiers signataires : RESF, RUSF, LDH, SOLIDAIRES, FSU, Europe Écologie Les Verts....

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/23304_114607728557108_5376_n.jpg

UN TOIT C’EST UN DROIT !

 

MANIF LOGEMENT SAMEDI
10 MARS
14H30 – PLACE DE JAUDE

 

Le 15 mars sonne le retour des expulsions, donc l’angoisse pour des dizaines de milliers de familles d’être jetées à la rue avant sombrer dans l’exclusion... Depuis 10 ans, le nombre d’expulsions a doublé, comme le nombre de sans-abris, à mesure que les loyers et l’immobilier flambent, que la précarité, la pauvreté salariale et le chômage s’étendent, que
les charges, l’énergie, les transports, les soins, et les produits alimentaires de base augmentent.


Les fins de mois sont dures …

C’est une politique délibérée des gouvernements qui depuis 10 ans, encouragent le logement cher, et soutiennent les milieux de l’immobilier, (bailleurs privés, spéculateurs, BTP, banques), qui s’enrichissent sur le dos des locataires et des accédants. Le logement cher, c’est le racket des couches populaires : jeunes, salarié-e-s, précaires, mères isolées, migrants, retraités, handicapés ... En plus, les statuts locatifs sont attaqués et précarisés, même en HLM.


Ce n’est pas une fatalité ! il faut se réveiller ! Le logement prend place dans la campagne électorale poussé par le mouvement social et revendicatif. Tous ensembles, on peut gagner : le projet de loi interdisant de vivre dans un camping plus de trois mois a été abandonné, un projet de loi pour encadrer les loyers a été adopté au Sénat, …

 

Mr Sarkozy nous annonce des mesures qui précarisent les locataires, fragilisent les HLM, soutiennent les spéculateurs et les grands bailleurs et patrons du BTP. STOP !!
À quelques semaines des élections, la crise du logement s’aggrave. Beaucoup ont peur de se retrouver un jour à la rue. Le logement doit être un droit, comme l’éducation ou la santé ...

 

EXIGEONS TOUS ENSEMBLE :
ARRÊT DES EXPULSIONS ! Application et amélioration de la loi DALO, de la loi de réquisition, de l’obligation d’accueil inconditionnel des sans-logis, jusqu’au relogement. !
BAISSE DES LOYERS ET DE L’ÉNERGIE ! Encadrement et baisse de 10 à 20% des loyers privés, des charges, hausse des allocations logement, taxation de la spéculation, suppression des cadeaux fiscaux aux riches !
RÉALISATION MASSIVE DE HLM ! 150 à 200 000 par an (PLUS, PLAI) aux normes
environnementales, renforcement du Livret A et du 1% logement, gel des loyers HLM et des charges, abrogation des mesures de marchandisation des HLM (CUS, ventes, démolition, privatisation...), un service public du logement !
UN LOGEMENT C’EST UN DROIT ! Abrogation des Lois qui précarisent les locataires (loi Boutin, congé vente …), relogement des habitants de taudis, toxiques (saturnisme), de bidonville ; des droits pour les habitants de camping, de foyers, d’habitat hors norme et/ou choisi ; soutien à l’habitat coopératif …
 
 
Signataires de l’appel dans le Puy-de-Dôme :
CNL 63, DAL, (AC !), ATTAC, (MNCP-Chôm’actif), (CDDSP Thiers-Ambert,) ( Hôtel des Vil-e-s,) LDH, (JOC), (CGT -UD 63 ), FSU, (Syndicat des avocats de France (SAF)), (Syndicat de la Magistrature), Solidaires, SUD Etudiant, , (RESF), (UCJS),( UPC ), ( UNEF )
Avec le soutien de : ADECR, Front de Gauche ( PG - PCF- GU ), Europe Ecologie - les Verts, NPA, Alterekolo
 

 

Contacts :
DAL 63, Maison des associations, 2 bd Trudaine, 63000 CLERMONT-FERRAND ; contact.dal63@gmail.com
CNL 63 13 rue des quatre passeports 63000 CLERMONT-FERRAND ; cnl63@cegetel.net

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

http://a59.idata.over-blog.com/500x302/1/70/25/95/logo-3D.JPG

Depuis le début de la crise économique, les étudiants ont vu leurs conditions de vie se dégrader à grande vitesse. D’un côté l’augmentation continue du coût de la vie, accélérée par deux plans de rigueur successifs, ainsi que la hausse des dépenses obligatoires pour les étudiants ont renchérit le coût d’une année d’étude dans le supérieur. De l’autre, l’obsolescence du système d’aides sociales cumulée aux difficultés des familles prive les étudiants des ressources indispensables pour surmonter la crise.

Explosion du phénomène de salariat étudiant (68% selon l’OVE), part croissante de jeunes vivants sous le seuil de pauvreté (20% selon le secours catholique), difficultés croissantes à accéder au logement et aux soins : la France n’offre aujourd’hui pas les garanties sociales pour une vie décente à ses jeunes.

L’UNEF s’opposera à tout « effort supplémentaire » demandé aux jeunes

Dans un tel contexte, il est insupportable pour les étudiants qui vivent ces difficultés au quotidien d’entendre dire qu’il faudra encore se serrer la ceinture. Alors que le diplôme est une arme indispensable pour ne pas se retrouver démuni face au chômage de masse, tout effort supplémentaire éloignera durablement des centaines de milliers de jeunes de l’enseignement supérieur.

En particulier l’annonce de l’instauration d’une nouvelle augmentation de la TVA à la fin de l’année 2012 va pénaliser en premier lieu les jeunes. En effet, l’augmentation des prix va peser sur des porte-monnaie déjà vides alors qu’aucune nouvelle ressource ne viendra compenser cette perte. Ce n’est pas aux jeunes de financer le retour du AAA !

Nous voulons un débat public, pas des menaces !

Faute de pouvoir convaincre, le gouvernement promet un naufrage à quiconque ne souscrira pas aux exigences européennes concernant la gestion des comptes publics. C’est ainsi que nous est présenté le traité que le chef de l’Etat s’apprête à signer et qui va ériger en règle européenne le calvaire vécu aujourd’hui par les jeunes grecs ou les jeunes espagnols. L’UNEF dénonce cette politique autoritaire alors que le coût financier de l’échec universitaire, de la précarité étudiante et du manque de jeunes diplômés ne sont jamais pris en compte. L’austérité c’est plus de jeunes exclus de toute formation, plus de jeunes obligés de se tourner vers le marché du travail sans diplôme et finalement moins de travailleurs qualifiés en France.

La vraie rupture avec la crise, c’est une allocation d’autonomie pour tous les jeunes

Des alternatives existent pourtant. Des milliards d’euros sont perdus chaque année en politiques d’incitation fiscales qui n’ont pourtant jamais fait leur preuve en terme de baisse du chômage. Les deniers publics doivent d’abord et avant tout servir à faire fonctionner une société moins inégalitaire, au service des besoins de sa population.

L’allocation d’autonomie, qui nécessite un investissement de 10 milliards d’euros de la part de l’Etat, permettrait à l’ensemble d’une génération d’accéder à des qualifications de haut niveau, de libérer les énergies et de porter un nouveau modèle de croissance. Notre pays fait-il si peu confiance à sa jeunesse, qu’il préfère proposer des effets d’aubaine aux entreprises sans résultat, plutôt que de donner aux jeunes de quoi se former décemment ?

Laissez nous décider de notre avenir!

Les jeunes ne veulent plus regarder les droits sociaux s’amenuiser à mesure que les banques réclament de nouvelles garanties pour leur placement. Cette Europe n’est pas la notre, cette société n’est pas la notre, et nous n’attendrons pas que la situation soit irréversible pour le faire savoir.

L’UNEF appelle tous les étudiants de France à rejoindre les cortèges de mobilisation le 29 février aux côtés des salariés pour exprimer le refus de toute nouvelle mesure d’austérité.

Quelle que soit la majorité au pouvoir au lendemain du 6 mai, l’UNEF en lien avec les organisations étudiantes européennes fera de la lutte contre toutes les mesures d’austérité sa priorité syndicale.

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

L'UNEF, première force syndicale étudiante, est présente sur tous les campus de France. Elle vise à défendre les droits des étudiants et à en gagner de nouveaux, à informer les étudiants et à organiser la solidarité sur les facs. Vous trouverez ici toute l'actualité militante de l'UNEF Auvergne ainsi que des infos pratiques !

Hébergé par Overblog