Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

IMG_0378.JPGIMG_0382.JPG IMG_0385.JPGClermontIMG_0393.JPG
 
IMG 0389  IMG_0410.JPG
 

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Société-éducation

Budget_Review.gifAlors que débute ce mardi 26 octobre à l’Assemblée Nationale l’examen du projet de loi de finance pour 2011, l’UNEF constate avec inquiétude que le gouvernement réalise de nouvelles économies sur le dos du budget des aides sociales étudiantes et ne prévoit pas le financement nécessaire de ses engagements.

 

L’UNEF dénonce un budget 2011 qui illustre les choix d’un gouvernement en direction des jeunes. A l’heure où la jeunesse manifeste ses inquiétudes face à l’avenir et son refus de la précarité, le gouvernement lui répond par le mépris et par des économies budgétaires inacceptables. Ces décisions sont de nature à accroitre la colère et la détermination des étudiants actuellement mobilisés.

 

Où est passé l’argent du 10ème mois de bourse ?

 

Suite aux revendications de l’UNEF, le président de la République a annoncé le versement d’un 10ème mois de bourse pour les 550 000 boursiers pour le mois de septembre, dont la première moitié devait être versée en septembre 2010 et la seconde en septembre 2011.

 

Mais contrairement aux engagements pris, l’examen du budget 2011 du ministère de l’enseignement supérieur révèle un manque de 94,7 millions d’euros dans les crédits « vie étudiante » de la MIRES pourtant indispensables pour garantir l’attribution de l’intégralité du 10ème mois de bourse à tous les boursiers dès septembre 2011.Bien silencieuse depuis le début de la mobilisation des jeunes contre la réforme des retraites, Valérie Pécresse envisage-t-elle désormais de revenir sur ses engagements en matière de vie étudiante ? L’UNEF exige la provision dans le budget 2011 des crédits nécessaires au financement du 10ème mois de bourse pour tous les étudiants boursiers dès septembre 2011.

 

Le Fond National d’Aide d’Urgence amputé de 9,5 millions !

 

Malgré la crise économique et ses conséquences, le budget 2011 révèle également une baisse de 9,5 millions d’euros des crédits du FNAU (Fonds National d’Aides d’Urgence), délivrant des aides ponctuelles aux étudiants en grandes difficultés sociales. Ce fond passe ainsi de 49,5 millions en 2010 à 40 millions d’euros en 2011, soit une baisse de 19,2% en une année ! Cette baisse inacceptable du budget des aides d’urgence n’aura d’autres conséquences que d’accentuer encore plus les difficultés sociales des étudiants déjà les plus précaires.

 

Enfin, ce nouveau budget confirme le désengagement de l’Etat du financement du service public de la vie étudiante, le réseau des CROUS. Alors que les missions des CROUS et leurs charges ne cessent de croître en raison de l’augmentation des besoins sociaux des étudiants, le budget de fonctionnement des CROUS et du CNOUS n’augmentera pas cette année.

 

megaP2L’UNEF exige le maintien des crédits du FNAU pour 2011, ainsi qu’une augmentation du budget de fonctionnement des CROUS pour leur donner les moyens de mener à bien leur mission sociale, particulièrement indispensables dans un contexte de crise qui frape durement les jeunes et les étudiants.

 

megaP2L’UNEF demande en urgence à Valérie Pécresse de revenir sur ses décisions

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Actualité étudiante

 

mégaphonebonAppel de la Coordination Nationale Étudiante

 

des 23 et 24 octobre 2010

 

Nous, étudiants de 40 universités réunis en coordination nationale au Mans les 23 et 24 octobre 2010, appelons à amplifier la mobilisation contre la réforme des retraites sur les universités par la grève reconductible des étudiants.

 

La réforme des retraites que cherchent à nous imposer à marche forcée le gouvernement et le patronat constitue le pilier central d’un vaste plan d’austérité visant à faire payer la facture de la crise économique aux jeunes et aux travailleurs, avec ou sans emploi, ainsi qu'aux retraités.

 

Pour les jeunes, la réforme des retraites sonne comme une double peine. L’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans, et de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein, constituent des attaques majeures contre notre droit à un avenir. En plus de galérer maintenant, nous n’aurons même plus de retraite décente ! L’âge moyen d’insertion des jeunes de manière stable sur le marché du travail est aux alentours de 27 ans. Alors, pour cotiser les nouvelles annuités requises, il faudra travailler jusqu’à 67 ans. Nous refusons cette réforme qui vise à faire de nous des précaires toute notre vie. Alors que le taux de chômage des jeunes dépasse déjà les 20%, ce sont un million d’emplois qui ne se libèreront pas. Nous ne sommes ni irresponsables, ni manipulés. Les jeunes ont compris les conséquences de cette réforme pour leur avenir. Cette réforme, c'est à court terme du chômage en plus, et à long terme le recul de nos droits. Nous refusons d'être contraints de partir à la retraite à 67 ans, pour des pensions moins importantes. Nous défendons une retraite solidaire à 60 ans à taux plein pour tous, qui permette à chacun d'avoir accès à ce droit fondamental, à ce temps de la vie consacré au repos.

 

L’immense majorité de la population s'oppose à cette réforme. Malgré six journées de grève et de manifestations massives (plus de 3 millions de personnes), le gouvernement s’obstine à la faire passer en imposant même un vote unique au Sénat. Le pouvoir ne gouverne plus que pour une minorité. En passant en force, il perd chaque jour un peu plus de légitimité et la France s'enfonce dans une crise politique et démocratique sans précédent. Pourtant la contestation ne faiblit pas, au contraire. Partout, des secteurs se mettent en grève reconductible (cheminots, raffineries, enseignants, éboueurs…). La pression augmente sur le gouvernement. Il cherche toutes les solutions pour s’en sortir, en utilisant notamment la répression pour tenter de briser la mobilisation. Il cherche à nous diviser et à faire diversion avec le racisme. Ne tombons pas dans le piège qui vise à affaiblir notre capacité à résister ! Nous nous battons pour l'arrêt des expulsions et de la répression, et exigeons l'arrêt de l'ensemble des poursuites contre les jeunes mobilisés.

 

Nous ne devons pas relâcher la pression ! La possibilité de faire céder le gouvernement et d'obtenir le retrait de la loi devient réellement crédible. Pour cela, il faut encore amplifier le mouvement et aller vers un blocage total du pays, par la grève d’une majorité de jeunes et de salariés. Le mouvement contre le CPE a prouvé qu’il était possible d’obtenir le retrait d’une loi même après son vote.

 

Nous appelons l’ensemble des jeunes à rejoindre la grève. La mobilisation de la jeunesse fait peur au gouvernement. Ce sont maintenant plus de 40 universités qui sont mobilisées, dont une vingtaine en grève et une dizaine bloquées. Nous appelons l’ensemble des universités à les rejoindre en se réunissant en Assemblées Générales et en votant la grève. Faire des Assemblées Générales sur les universités et les lycées est la garantie que les jeunes prennent en main leur mobilisation.

 

L’unité des salariés et de la jeunesse est une des clés du succès. C’est pourquoi, nous appelons l’ensemble des étudiants à développer les liens entre les secteurs mobilisés en participant aux AG interprofessionnelles, en organisant des cortèges communs dans les manifestations et en participant à des actions communes.

 

Quoiqu'en dise le gouvernement, les vacances sur certaines universités n'entament en rien notre détermination. Pour ne pas relâcher la pression, nous appelons à une nouvelle journée de grève, d'actions et de manifestation mardi 26 octobre. Nous invitons les jeunes à participer aux journées du jeudi 28 octobre et samedi 6 novembre tout en liant cette journée avec la mobilisation initialement prévue sur le droit à l'IVG. Nous appelons dès maintenant à une journée de grève et de manifestation le jour de la rentrée des lycéens, le jeudi 4 novembre. Parce qu'aujourd'hui plus que jamais la victoire est possible, nous sommes déterminés à ne rien lâcher avant d'avoir obtenu satisfaction sur nos revendications.

 

Nous appelons à une nouvelle coordination nationale étudiante le week-end des 6 et 7 novembre à Paris-13-Villetaneuse.

 

Nous exigeons :

  • le retrait de la réforme des retraites

  • la prise en compte des années d'étude, de formation, de stage et d'inactivité forcée dans le calcul des annuités ouvrant droit à une retraite pleine

  • la retraite à soixante ans à taux plein

  • un pré-salaire d'autonomie

 

 

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Actualité étudiante

image_36124325.jpgUne nouvelle fois la jeunesse a répondu présente jeudi 21 octobre pour exiger le retrait de la contre-réforme des retraites. Etudiants et lycéens ont manifesté par milliers partout dans le pays, pour appuyer les grèves et les actions des salariés mobilisés depuis plusieurs semaines, ainsi que pour faire entendre les revendications propres à la jeunesse. L’irruption des jeunes dans ce mouvement se confirme de jour en jour, en réponse aux provocations et à la répression du gouvernement. 33 universités sont mobilisées dont plus de 14 bloquées. Près de 1 500 lycées sont également mobilisés, dont 950 bloqués. Partout, la jeunesse fait entendre sa colère.

 

Localement :

 

A Clermont Ferrand, plus de 1500 jeunes ont défilé dans la ville, s’inscrivant ainsi dans le cadre d’une journée nationale jeune (17 000 manifestants à Paris, 5 000 à Bordeaux, 2 000 à Lille…). La semaine de vacances à venir ne doit pas nous déstabiliser, et nous devons maintenir notre lutte aux côtés des salariés qui seront à nouveau dans la rue le jeudi 28 octobre. 
 
L'occupation nocturne de Gergo hier c'est bien déroulée, et a permis l'expression de débats entre les militants, et la mise en place d'ateliers visant à préparer la manif de ce matin.
 
Le site de Gergovia a été entièrement bloqué aujourd'hui, et celui de Carnot l'a été partiellement et difficilement par une dizaine de camarades.Un petit groupe partant des Cézeaux a rejoint  la manif à Gergovia. De plus, un cortège venant de l'ITSRA a lui aussi gonfler la manif qui est parti à 10h15 de Gergo, pour rejoindre les lycéens à Jeanne et Blaise. La manif c'est terminée à 12h devant la pref.
 
Une AG a été organisée à 14h30 à Gergo, réunissant plus de 500 étudiants. A été voté entre autre le mandat (pièce jointe) des 5 délégués pour la coordination nationale étudiante qui va se tenir ce week end au Mans. Clermont II sera représentée par 5 délégués dont le mandat a été validé par l’AG :
 

Mandat de l’Assemblée Générale de Clermont II 

 

 

Nous, étudiants de l’Université Blaise Pascal, réunis à plus de 600 en Assemblée Générale, en grève, occupée et en blocage, avec la participation de personnels et enseignants déclarons : 

 

Nous exigeons le retrait pur et simple de la réforme Sarkozy-Woerth des retraites qui ne peut être ni amendée, ni négociée. 

 

Pour nos retraites nous avons 4 exigences :

1-     Le départ de la retraite à 60 ans à taux plein, à 55 ans pour les métiers pénibles.

2-     37,5 annuités de cotisations pour tous.

3-     La prise en compte des années d'études, de stage et de chômage dans le calcul des annuités.

4-     Une retraite à 1500€ minimum pour tous.


Les financer, c’est possible. Nous proposons :

5-     La mise sous contrôle public et démocratique des banques qui ont reçu les 360 milliards dans le cadre du « plan de relance » ainsi que des secteurs clefs de l'économie.

6-     Le remboursement immédiat des dettes patronales et étatiques envers les retraites.

7-     L'arrêt des suppressions de postes et embauche massive dans la Fonction Publique, notamment dans l'Éducation Nationale pour augmenter le nombre d’actif et combattre le chômage.

8-     300€ d'augmentation des salaires pour tous pour rehausser le niveau de cotisations.


Par ailleurs, nous nous prononçons également pour :

9-     L’organisation d’un referendum sur la question des retraites.

10-  La mise en place d’un pré salaire étudiant pour tous les jeunes en formations pour combattre la précarité.

11-  Le retrait de toutes les lois racistes et xénophobes, et le soutien aux Roms et aux sans-papiers.


Nous nous déclarons solidaires :

12-  Des lycéens qui subissent la répression policière dans certaines villes.

13-  Des salariés qui reconduisent la grève, particulièrement ceux des raffineries et du port de Marseille.


Nous invitons la coordination nationale à appeler l’ensemble des facs à :

Ø  La grève et au blocage dès la semaine de la rentrée.

Ø  Une journée nationale jeune de manifestation et de grève à la rentrée.

Ø  Se joindre au mouvement de blocage du pays (routes, gares, aéroports…) aux côtés des salariés mobilisés.


Nous lui demandons, comme cela avait été le cas lors du CPE, d’élire des porte-paroles qui iront rencontrer l’intersyndicale nationale afin de lui demander :

Ø  De se prononcer franchement pour le retrait de la réforme Sarkozy-Woerth des retraites.

Ø  D’appeler franchement à la généralisation de la grève et au blocage du pays.

Ø  D’organiser une manifestation nationale centrale à Paris, siège du pouvoir.

Ø  D’organiser une coordination nationale salariée-étudiante.


Du fait de l’absence de volontaires au moment de l’Assemblée Générale, nous donnons mandat au comité de mobilisation mandaté par l’Assemblée Générale pour organiser notre délégation de 5 personnes pour la Coordination Nationale du Mans en tenant compte, dans la mesure du possible des critères suivants :

Ø  La mixité hommes-femmes.

Ø  La délégation parlera aussi des autres sites clermontois qui n’ont pu mandaté de délégation pour la Coordination Nationale du Mans.

 

Programme du 22 octobre :

 

  
  • Rdv 7h30 fac de lettres pour continuer le blocage.
  • 10 h : manif au côté des lycéens.
  • 11h45 : diff au RU des Cézeaux.
  • Après midi consacré à l'organisation de la semaine prochaine (phonning, mailing, gestion des contacts, planning de diffs...).
  • 16h30 : Rdv IMPORTANT pour nettoyer et débloquer la fac pour les vacances, pour permettre au personnel qui travaille de circuler normalement. Plus on sera nombreux, plus cela se fera vite.
 
 

Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Actualité étudiante

poing comité de mobAlors que la mobilisation contre la réforme des retraites connait un second souffle avec l’entrée dans le mouvement des lycéens et des étudiants dans l’ensemble du pays, les étudiants clermontois ont décidés eux aussi de rejoindre la lutte et de se mobiliser contre cette réforme injuste.


La manifestation interprofessionnelle, et inter catégorielle du mardi 19 octobre a réuni une nouvelle fois à Clermont Ferrand plus de 50 000 manifestants dont plus de 5 000 jeunes. A la suite de cette manifestation, une nouvelle AG s’est tenue dans l’Amphi 1 de Gergovia Lettres (Clermont II). Près de 600 étudiants ont alors décidé de voter le blocage total du site de Gergo jusqu’à la prochaine journée d’action de jeudi ainsi que l’occupation nocturne du site dans la nuit de mercredi à jeudi.


Bilan du mercredi 20 octobre :

Le comité de mobilisation étudiant a bloqué entièrement le site de Gergovia Lettres. Des diffusions de tracts et des collages d’affiches ont été organisés sur les sites de la Rotonde, des Cézeaux et de Carnot.


Des AG décentralisées ont été organisées à 12h30 aux Cézeaux et à 15h à Carnot (amphi Pascal). Un blocus de Carnot a à cette occasion été voté pour le jeudi 21 octobre.

 

A l'ITSRA (Institut de Travail Social de la Région Auvergne ~ 700 étudiant-e-s)  une AG (la 3e) d'une centaine de personnes qui s'est déroulée de 12h30 à 17h. Ont été actés:

- une plateforme de revendication (axée en partie sur les retraites mais qui est surtout une remise en cause du système actuel).
- un piquet de grève sur l'école à partir de 8h30 demain jusqu'au vendredi midi, date de la prochaine AG.
- la participation à la manifestation de demain (départ aux alentours de 9h30 pour rejoindre les étudiant-e-s de la fac à 10h, en bloquant le boulevard Jean Jaurès au passage)
- le débrayage systématique pour toute action "coup de poing" au cours de l'après-midi.

Les étudiants et les salariés ont également « bloqué » la gare SNCF de Clermont Ferrand à 15h ce mercredi, s’inscrivant ainsi dans une multitude d’actions menées tout le long de la journée par les salariés en grève (blocage du centre de tri postal, de l’aéroport…).


Enfin, une occupation nocturne de la fac de Gergo a été organisée afin de préparer au mieux la journée d’action du 21 octobre. Un débat "Changer la société ? Oui... mais pourquoi / pour quoiet comment ?" s'y est tenu.


Programme du Jeudi 21 octobre :

  

7h30 : Blocage des sites de Carnot et de Gergovia

9h : rassemblement devant le tribunal des prud’hommes de Clermont Ferrand en soutien à deux salariés poursuivis.

10h : Manifestation, départ de Gergovia. Manif étudiante, lycéenne et interprofessionnelle.

14h : Rassemblement « éducation » devant le rectorat.

14h30 : Assemblée Générale Amphi 1, Gergo lettres.

 


C’est tous ensemble au côté des salariés en grèves, des lycéens et des étudiants mobilisés que nous allons gagner.

 

Pour contacter le comité de mobilisation : comitemobilisation63@yahoo.fr

 


Voir les commentaires

Published by Unef Auvergne - - Actualité étudiante

L'UNEF, première force syndicale étudiante, est présente sur tous les campus de France. Elle vise à défendre les droits des étudiants et à en gagner de nouveaux, à informer les étudiants et à organiser la solidarité sur les facs. Vous trouverez ici toute l'actualité militante de l'UNEF Auvergne ainsi que des infos pratiques !

Hébergé par Overblog