Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

24206_110522748957913_100000005668847_265866_7731516_n-1-.jpg
 
         A l’heure où le diplôme est plus que jamais la meilleure arme face au chômage il est urgent de permettre à chaque jeune de réussir ses études. Cela passe par la reconnaissance d’un statut social pour tous les étudiants permettant à chaque jeune d’accéder à l’enseignement supérieur et d’y réussir.Pour assurer le financement de leurs études, les étudiants n’ont pas d’autre choix que la précarité des petits boulots ou la dépendance vis-à-vis de leurs parents. Le système de bourses actuel, mis en place il y a plus de 60 ans est dépassé : il fait jouer à plein les inégalités sociales, ne bénéficie qu’à trop peu d’étudiants et pousse la majorité d’entre nous à galérer ou à dépendre financièrement de nos parents pour étudier. Pouvoir d’achat en baisse, 1 étudiant sur 2 obligé de se salarier, des dépenses qui augmentent 3 fois plus vite que les aides depuis 2001, 100 000 jeunes sous le seuil de pauvreté, 90 000 étudiants qui arrêtent chaque année leurs études pour des raisons financières… Et la crise n’arrange rien. Face à cette situation, le gouvernement modifie les critères d’attribution des bourses, mêt en place des prêts bancaires et n’apporte aucune réponse à la baisse de notre pouvoir d’achat.
 
Le système de bourse actuel est :
 
Illisible : il existe aujourd’hui plus de 150 aides différentes (aides au logement, bourses, allocations d’études, aides régionales…), parfois contradictoires et le plus souvent méconnues des étudiants
Injuste : L’Etat consacre aujourd’hui plus d’argent en exonérations fiscales pour les familles les plus aisées ayant un étudiant à charge (1,7 milliards d’euros) qu’en aides directes pour les étudiants les plus modestes (1,4 milliards d’euros). Ce système laisse donc jouer à plein les inégalités sociales ou familiales.
Insuffisant : les aides accordées aux étudiants sont trop peu élevées et en nombre insuffisant. Elles ne permettent pas de subvenir à tous les besoins : 40% des étudiants boursiers sont obligés de se salarier et seuls 30% des étudiants ont accès aux bourses.
 
 
Pour avoir le droit d’étudier sans être coincé entre dépendance familiale et précarité des petits boulots, l’UNEF demande la mise en place d’une allocation d’autonomie pour tous les étudiants. Nous ne voulons pas de solution de financement individuelle où chacun fait le pari de sa propre réussite. Nous revendiquons au contraire le droit aux études et à la réussite de tous. Basée sur la refonte globale du système d’aide sociale actuel, l’allocation d’autonomie doit permettre à chacun d’accéder à une formation et d’y réussir quelque soit sa situation sociale et familiale.
 
 
mégaphonebonCette allocation d’autonomie doit être :
Universelle car chaque jeune en formation ou en insertion doit y avoir droit pour s’émanciper.
Calculée en fonction de la situation propre de l’étudiant et non celle de ses parents (logement indépendant ou non...).
D’un montant suffisant pour vivre et étudier sans avoir besoin de travailler ni de dépendre de ses parents. L’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE) estime à 900 euros par mois les besoins d’un étudiant en situation d’autonomie.
 

L'UNEF, première force syndicale étudiante, est présente sur tous les campus de France. Elle vise à défendre les droits des étudiants et à en gagner de nouveaux, à informer les étudiants et à organiser la solidarité sur les facs. Vous trouverez ici toute l'actualité militante de l'UNEF Auvergne ainsi que des infos pratiques !

Hébergé par Overblog