Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis la mise en place du système de bourses,les étudiants ont bien changé ! Aujourd’hui nous sommes 2,3 millions de jeunes issus de tous les horizons à faire des études supérieures. Pour les financer, nous ne pouvons nous appuyer que sur un vieux système d’aides, bâti il y a 60 ans lorsque l’université n’était réservée qu’à 300 000 personnes. Si tout le monde s’accorde sur la nécessité d’agir contre la précarité étudiante, aucune transformation d’ampleur n’a pourtant jamais été entreprise. Face à l’explosion du chômage, il est urgent de permettre à chaque étudiant d’être autonome pour se concentrer sur sa réussite universitaire et l’obtention de son diplôme. Parce qu’étudier dans de bonnes conditions doit être un droit et pas un privilège, l’UNEF porte le projet d’un statut social étudiant qui nous protège pendant toute la durée de nos études. Le président de la République s’est engagé lui même pendant la campagne présidentielle à le mettre en place, mais son gouvernement semble aujourd’hui hésiter. Nous ne pouvons plus attendre pour voir nos conditions de vie changer ! Du 19 au 30 novembre, nous serons 2,3 millions à pouvoir voter pour les élections au CROUS. Pour tous les étudiants de France, c’est une occasion unique de se mobiliser pour mettre la pression sur le gouvernement et en finir avec un système qui ne répond pas à nos besoins.

 

 http://unef.fr/wp-content/uploads/2012/10/Image-4.png

 

Mettre en place un statut social pour garantir notre autonomie

Lorsque nous étudions, nous travaillons pour notre avenir mais aussi pour tirer toute la société vers le haut. La France manque d’ailleurs de diplômés d’après l’OCDE. Pourtant, il n’existe aucune protection pour nous accompagner durant cette période. Avec la crise, cette fragilité nous met en danger en nous obligeant à trouver par nous-mêmes les moyens d’obtenir un diplôme. Majeurs civilement, nous ne pouvons plus être considérés comme des mineurs dont l’avenir dépend uniquement du niveau de revenu et de la bienveillance de nos parents. C’est pourquoi l’UNEF se bat pour que la société reconnaisse que nous sommes indispensables et nous garantisse notre droit à la formation par la création d’un statut social étudiant. De la même façon que la collectivité s’organise pour aider les retraités après leur vie active, elle doit nous aider à devenir des travailleurs à part entière.

Le système actuel ne nous protège pas, pire il accentue les inégalités. Il est :

 http://unef.fr/wp-content/uploads/2012/10/Image-5.png

Ces aides ne nous permettent pas d’étudier dans de bonnes conditions : c’est tout le système qu’il faut changer ! En supprimant la demi-part fiscale pour consacrer l’argent aux étudiants, l’Etat a les moyens de doubler le budget des aides sociales et de créer une aide qui corresponde à nos besoins.

Mettre en place un statut social pour garantir notre autonomie

Le premier frein à la réussite, c’est la barrière financière. Le coût de la vie étudiante ne cesse d’augmenter, mais 80% d’entre nous n’ont pas le droit aux bourses. Nous sommes ainsi 50% à devoir travailler pour financer nos études, quitte à rater des cours ou des examens. Derrière la diversité de nos galères, il y a un besoin commun : celui d’être protégé financièrement pour nous consacrer à nos études. L’UNEF revendique la mise en place d’une allocation d’autonomie qui remplace notre système actuel d’aides sociales. L’allocation d’autonomie c’est la garantie que chaque jeune, quelle que soit son origine, ait les moyens pour étudier et s’élever socialement.

Cette allocation doit être :

UNIVERSELLE Pour qu’aucun jeune ne soit obligé de renoncer à des études pour des raisons financières ou familiales, elle doit être accessible à tous.

SUFFISANTE Pour étudier sans dépendre des contraintes familiales ni d’un travail salarié, l’allocation d’autonomie doit couvrir l’ensemble de nos besoins. C’est la condition pour que nous puissions réellement nous concentrer sur notre réussite.

CALCULÉE EN FONCTION DE NOTRE SITUATION PROPRE et non plus celle de nos parents, afin que nos aides correspondent à nos besoins. C’est nous qui sommes dans les amphis, pas nos parents !

Un statut social c’est l’ouverture de droits fondamentaux pour notre autonomie

L’UNEF se bat pour que le quotidien des étudiants change sur tous les plans. En particulier elle défendra :

http://unef.fr/wp-content/uploads/2012/10/Image-6.png

Les logements proposés par le CROUS sont peu nombreux et ceux du privés sont trop chers et demandent des garanties trop contraignantes.

C’est pourquoi l’UNEF demande :

• Le lancement d’un plan national de construction de logements du CROUS

• La revalorisation de 20% des aides au logement

• La mise en place d’un cautionnement solidaire national pour tous ceux ne bénéficiant pas de garants

http://unef.fr/wp-content/uploads/2012/10/Image-7.png

Trop d’étudiants ne se soignent pas faute de moyens financiers. Pour nous, l’accès à la santé est un droit fondamental et non un business.

C’est pourquoi l’UNEF demande :

• La mise en place d’un chèque santé national, pour permettre à chacun d’accéder à une complémentaire santé

• Le développement des Centres de Santé sur les campus qui permettent aux étudiants de se soigner gratuitement

http://unef.fr/wp-content/uploads/2012/10/Image-8.png

La vie étudiante est un pivot essentiel de notre émancipation. Pouvoir étudier et surtout s’épanouir dans sa vie d’étudiant, demande l’ouverture de nouveaux droits.

C’est pourquoi l’UNEF demande :

• La généralisation du demi-tarif étudiant dans les transports

• Des points de restauration du CROUS sur tous les campus

• L’élargissement du pass’culture à toutes les académies pour que l’argent ne soit pas une barrière au monde culturel

• Le développement des bourses de mobilité (ERASMUS)

Donner la priorité aux jeunes c’est investir pour notre avenir !

Depuis cinq ans, l’investissement de l’Etat diminue dans les CROUS. Que nous soyons boursiers ou non, nous subissons directement les conséquences de ce désengagement : augmentation des tarifs de restauration, des loyers de cités U, retards dans le versement des bourses… Nous attendons que le changement de gouvernement mette fin à cette situation. A l’heure où le coût de la vie a augmenté deux fois plus vite pour les étudiants que pour le reste de la population, investir dans le service public des CROUS et permettre aux étudiants de bénéficier de tarifs sociaux est une priorité.

Notre autonomie c’est aussi garder le système des APL !

Le gouvernement a annoncé une négociation et la remise à plat de toutes les aides. C’est une bonne chose car ces aides sont multiples et inadaptées à nos besoins. Pourtant, en période de rigueur budgétaire, la tentation de faire des économies sur le dos des jeunes est forte. La ministre de l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a évoqué la possibilité de supprimer le droit pour tous les jeunes de toucher des aides au logement, pour ne les attribuer qu’en fonction du revenu des familles. Si cette mesure était prise, elle supprimerait les APL de près de 450 000 étudiants. L’UNEF défendra par tous les moyens les aides au logement, seules aides à l’autonomie existantes aujourd’hui, elles sont également indispensables pour accéder à un logement lorsqu’on est étudiant.

Etudiants d’universités, d’écoles, d’instituts : exigeons le même accès au CROUS !

Aujourd’hui tous les étudiants n’ont pas accès aux aides du CROUS. Dans de nombreux établissements les étudiants rentrent dans un autre système de bourses et de services sociaux. Seul le CROUS garantit un accès à l’ensemble des droits existants pour les étudiants. Nous demandons donc le rattachement de l’ensemble des étudiants au système géré par le CROUS.

Etudiants étrangers, étudiants français, nous faisons les mêmes études, nous devons avoir les mêmes droits !

En France, plus d’un étudiant sur dix est étranger et subit des discriminations. Ils n’ont pas accès aux aides sociales, sont en difficulté pour accéder à un logement, doivent justifier de leurs bulletins de notes à la préfecture. L’UNEF se bat pour que les étudiants étrangers aient les mêmes droits que les autres. L’UNEF défendra :

• L’ouverture du système d’aides sociales aux étudiants étrangers

• L’application du titre de séjour pluriannuel, pour qu’un étudiant soit protégé durant l’ensemble de son cursus

• La suppression des taxes exigées lors de la demande de titre de séjour, et l’abaissement du niveau de ressources exigé

LE 28 NOVEMBRE, EN AUVERGNE, LES ETUDIANTS DOIVENT VOTER POUR LEURS REPRESENTANTS AU CROUS, VOTER UNEF, C'EST VOTER POUR DE MEILLEURES CONDITIONS DE VIE ET D'ETUDES !

VOTEZ ET FAITES VOTER UNEF !

Published by Unef Auvergne -

commentaires

L'UNEF, première force syndicale étudiante, est présente sur tous les campus de France. Elle vise à défendre les droits des étudiants et à en gagner de nouveaux, à informer les étudiants et à organiser la solidarité sur les facs. Vous trouverez ici toute l'actualité militante de l'UNEF Auvergne ainsi que des infos pratiques !

Hébergé par Overblog